L'aide aux travaux

Une convention triennale signée entre l’ASTP, l’Etat et la Ville de Paris prévoit les conditions dans lesquelles les théâtres adhérents de l’Association peuvent accéder à des aides en faveur de « la rénovation, l’aménagement et la mise en conformité », financées par des dotations annuelles allouées par les deux tutelles.

Sont notamment pris en compte, avec des taux de financement allant de 80% à 15% des montants HT des devis :

- Les travaux de sécurité tels que mises en conformité d’installations électriques, accès et évacuation, systèmes d’alarme, réfection des toitures et des façades quand elles présentent des dangers.

- Les travaux et aménagements facilitant l’accès des personnes handicapées.

- Les travaux et aménagement tendant à l’amélioration de l’accueil du public et des artistes.

- Les travaux de ravalement (financement exclusif de la Ville de Paris)

- Les travaux tendant à la rénovation de bâtiments classés ou inscrits (financement exclusif de la Ville de Paris, indépendamment des crédits spécifiques consacrés par l’Etat aux monuments historiques).

En pratique, les budgets alloués depuis plusieurs années à l’exécution de cette convention ont contraint à concentrer les aides en priorité sur les travaux de sécurité.

Chaque année, une dizaine de théâtres en moyenne bénéficient de ce dispositif, après appel à projet et sous l’autorité d’un comité de pilotage constitué de représentants de l’ASTP, de la Ville de Paris, de l’Etat et de directeurs de théâtre privé.
 

Jacques Hebertot, en 1947, pendant les             travaux du théâtre qui porte son nom.

Il est important de rappeler que l’attribution de ces aides n’est pas liée au classement d’un théâtre ou à son inscription à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques.

En pratique, le comité de pilotage se réunit une première fois en fin d’année civile, et émet une première série de propositions au vu des dossiers remis (plans, devis, études d’architectes, rapports de bureaux de contrôle, etc…)

Ces études de dossiers peuvent se compléter par des visites sur place effectuées par l’architecte du Ministère de la Culture.

Les engagements définitifs sont ensuite décidés par le comité, à l’occasion d’une deuxième réunion se tenant en avril/mai ; il importe en effet aux théâtres d’être définitivement fixés sur les aides auxquelles ils peuvent prétendre avant de donner les ordres de service aux entreprises et d’engager leurs travaux, généralement en période d’été, durant la fermeture.

Par la suite, les aides sont versées au prorata des factures acquittées.

La part des aides financées par la Ville de Paris est directement versée aux théâtres ; en revanche, l’enveloppe consacrée par le Ministère de la Culture transite par l’ASTP, et c’est donc cette dernière qui verse les aides correspondantes aux théâtres attributaires.