L'aide à la création

Réservée aux membres actifs de l’ASTP, alimentée par une part des dotations allouées par l’Etat et la Ville de Paris et par une dotation spécifique de la SACD, l’aide à la création, a pour objet de soutenir l’innovation et la création de nouvelles pièces dans le Théâtre Privé.
En incitant au renouvellement du répertoire, elle doit permettre aux théâtres privés d’assumer pleinement leur vocation  de découverte et de promotion de nouveaux auteurs.


De fait, le théâtre privé joue un rôle reconnu comme essentiel dans la découverte de nouveaux auteurs et le renouvellement du répertoire.

L’aide à la création ne s’appliquent donc qu’aux cinq premières œuvres d’un auteur jouées dans le secteur privé à condition que la pièce soit jouée pour la première fois en France ou qu’elle n’ait pas été représentée, à l’échelle de l’Union Européenne, plus de trente fois en festival ou en tournée.

Ces œuvres doivent impérativement être soit une œuvre théâtrale originale d’expression française, soit une adaptation originale d’un texte non théâtral d’expression française, soit une création en France de pièce étrangère.

L’aide à la création ne peut être obtenue indépendamment de la garantie de déficit et englobe deux volets, indépendants mais cumulatifs :

Isabelle Adjani en Marie Stuart au Théâtre Marigny, en 2006.

     - L’incitation à la création, attribuée a priori, est déterminée selon des barèmes établis en fonction de la jauge du théâtre et du budget de montage (hors allocation  montage  pour  les  salles  qui  peuvent  y  prétendre),  mais  plafonnée à 35 000 € (Création d’une pièce française ou première création, dans la saison d’une pièce étrangère), 20 000 € (A partir de la deuxième création, dans la saison, d’une pièce étrangère) ou 6 000 € (toute création d’un spectacle à comédien unique).
Elle est versée dès l’acceptation du dossier.

 

     - Le soutien à la création est déterminé selon un pourcentage dégressif des dépenses d’exploitation présentées à l’appui de la demande de garantie.
Le pourcentage est ajusté par palier : 20% de la première à la trentième représentation (plafonné à 30 000 €) ; 15% de la trentième à  la  soixantième  (plafonné à 22 500 €, ou 750 € par représentation) ; 10% de la soixantième à la centième (plafonné à 20 000 €, ou 500 €  par représentation) ; 5% au-delà de la centième et dans la limite des représentations garanties (plafonné à 250 € par représentation).
Le soutien à la création est versé à la demande du théâtre, par tranches de 30 représentations.

Les montants des deux volets de l’aide à la création sont réajustés à la hausse ou à la baisse au vu des comptes définitifs de l’exploitation et du montage.
Ces aides ne sont pas déductibles du droit de tirage mais sont prises en compte dans le plafond d’aides de 80 % d’un déficit.


L’aide à la création est remboursable en cas de résultat bénéficiaire.